Posts Tagged ‘bateau’

Juste pour le plaisir…


2011
03.22

Vous me direz, encore les Perenthian ?!!

Eh bien oui, on ne s’en lasse pas !

En plus des instants magiques, et des rencontres avec  d’étranges animaux insulaires, je vous propose quelques vues des plages des Perenthian, de son sable blanc et de ses eaux turquoises. Petit cocktail au soleil couchant pour apaiser la gorge séchée par le soleil ? Chiche !… Que de souvenirs !!!

Nous n’avons malheureusement pas de photos des fonds marins :( mais Chris a pu observer une diversité de coraux et de poissons assez impressionnante ! Il s’est même retrouvé en compagnie de bons gros requins !!! Hélas, point de tortues… Ce sera pour la prochaine fois !!!

Admirez le tout nouveau plongeur et sa monitrice Cynthia !

Je glisse également udeux clichés d’un arbre à durian, le fameux fruit aphrodisiaque qui pue à tel point qu’il est interdit dans certains hôtels et dans le métro de Singapour !!!

Je me permets également de joindre une photo moins glamour mais néanmoins intéressante, celle du bateau poubelle !!! Imaginez le boulot … En plein cagna, ramasser les détritus des touristes et les ramener jusqu’au continent !  Version moderne et malaisienne des galères !!!

J’ajoute que la traversée en bateau du retour a été une véritable catastrophe, on nous avons cru sérieusement notre heure arrivée !

Le boatman a embarqué plus de 25 personnes avec bagages sur un rafiot conçu pour moitié moins de poids… Pour en rajouter une couche, la mer était très agitée et il pleuvait ! Résultat : nous avons mis deux heures à traverser au lieu de 40 minutes, et les sueurs froides ont été nombreuses.

Obligé de couper le moteur à chaque grosse vague pour éviter que l’on chavire, le pilote ne faisait pas le malin, même avec les poches remplies de billets !

Franchement, j’ai eu la trouille de ma vie ! Nous avons appris récemment qu’un bateau avait été perdu en mer, dans les mêmes circonstances, et que les gentils touristes avaient été retrouvés morts noyés…

Sympathique ! L’argent fait perdre la tête …

Nous avons fait l’expérience du boat people !!!

Nous sommes arrivés à l’aéroport à 14h55 pour un décollage à 15h ! Pile poil ;)

River cruise à Malacca…


2010
11.12

Petite croisière sur la rivière Malacca le dimanche matin ( enfin vers 13h) histoire de se rafraîchir le cerveau… 10 rm pour 45 minutes de balade sur l’eau… ( 2.5 euros… A ce prix là en France, on n’a même pas un tour en barque sur un étang !)

 

Le 10/10/10, on a retrouvé Nemo…


2010
10.14

Nous voilà partis pour une journée snorkeling en ce jour 10 du dixième mois de l’année 2010… Nous réservons un bateau par l’intermédiaire de l’hôtel, avec Valérie, une parisienne en vacances qui se trouve être notre voisine de terrasse… A l’heure du RdV, nous apprenons que deux personnes passeront la journée avec nous (mais qu’ils ont oublié de se lever !!!), et ils s’avèrent que les deux tourtereaux qui arrivent bientôt avec les yeux tout collés sont … français !

C’est assez extraordinaire, mais nous voici à 5 français sur le même bateau… Elle est pas belle la vie ?

La journée commence donc par des rencontres très sympathiques… Notre pilote (et oui nous allons vite découvrir que Mr est un frustré de la Formula 1 puisqu’il mène son bateau comme un karting…) fait voile (en fait c’est un moteur mais ça fait plus glamour les voiles !!! ) vers Coral Island que nous apercevons depuis notre arrivée sur l’île… Après une douche à l’eau de mer et quelques hauts-le-coeur, nous accostons sur une île déserte pour la première plongée de la journée… Masques et Tubas et à l’abordage !!! Le spectacle sous-marin est tout aussi grandiose que le paysage terrestre…

Poissons multicolores et coraux magnifiques…plage "principale" de Coral Island, Tioman Un petit hic quand même, ICI on donne du pain aux poissons pour qu’ils viennent faire risette aux touristes et comme nous n’avions pas de pain, ils nous ont attaqué (une morsure pour Chris et une pour Valérie…) !

Deuxième stop à Genting Bay sur la même île mais cette fois-ci on plonge depuis le bateau… Et là, c’est tout de suite plus impressionnant !

Valérie, Ludwig et Chris foncent tandis qu’avec Franciane, nous décidons d’y aller progressivement…

(On ne lâche pas le bateau dans un premier temps :(

Le reste de la journée se déroule majestueusement bien… Stop à Monkey Bay, où nous apercevons une raie à pois bleus et d’autres poissons colorés et où je vois mon premier Nemo dans une belle anémone…

Déjeuner de fruits de mer et de roti canai sur la plage de Salang…

Une journée extra ordinaire… 10/10/10 :  MÉMORABLE …

Un homme, une femme, un tuba et un masque ( euh enfin deux de chaque je veux dire !), et c’est parti… Poissons jaunes, rouges, verts, bleus, blancs, raie, coraux somptueux et pour finir deux gros poissons la tête sortie de l’eau…

 

Comment traduire le paradis en Malais : pulau Tioman…


2010
10.14

Décollage de l’aéroport baptisé Sultan Abdul Aziz Shah ( à vos souhaits…) à Kuala Lumpur pour embarquer avec la compagnie Berjaya… Surprise, l’avion est minuscule (45 places !), et nous marchons sur le tarmac pour y prendre place… Juste le temps de débarquer les passagers qui reviennent de Tioman, et la place est à nous ! (Assez marrant à voir !) Ah, oui, pour ceux qui suivent le blog,  je crois que je me suis réconciliée avec les avions, du moins je l’espère :) Pour le vol donc, pas de difficulté à signaler, si ce ne sont la chaleur et le bruit mais c’est le jeu ma pauv’ Lucette !

Arrivée sur pulau (l’île) Tioman : le spectacle est époustouflant. L’eau turquoise de la mer de Chine est magnifique, la plage est superbe, les cocotiers sont fabuleux et l’atmosphère de quiétude est à couper le souffle… En fait nous réalisons que nous sommes dans une carte postale (et franchement, il y a pire comme sensation !). Je suis à court de termes mélioratifs, alors je risque de me répéter mais les mots manquent vraiment pour traduire tout ce que j’ai vu là-bas…

Nous découvrons notre hôtel avec autant d’émerveillement… En effet, le Samudra Swiss Cottage est un vrai jardin d’Eden ! Les bungalows sont vraiment très sympas et sont directement sur la plage, sous les cocotiers… Nous recommandons vivement cet hôtel simple mais très agréable et pas cher du tout… vue depuis notre chambre au samudra swiss cottagePour une nuit, dans un bungalow climatisé, il vous en coûtera 100 ringgits soit 25 euros avec le petit déjeuner inclus. En plus les gens sont très chaleureux et la vie est cool… Il y a un frigo à la réception rempli de bières et il suffit de se servir et de noter sur le tableau à côté, dans la case qui correspond au numéro de chambre (on se sent tellement bien, qu’on n’ose même pas cocher la chambre d’à côté…), combien vous prenez de boissons ! C’est d’une simplicité remarquable mais le système est basé sur la confiance !!! (On ne verra jamais ça en France :( )

Le village de Tekek fait une peu village fantôme car ici c’est la basse saison ; la mousson c’est pour bientôt, et de novembre à mars, il n’y a presque plus personne sur l’île… Village fantôme certes mais avec magasins Duty Free et donc articles pas chers du tout comparé au continent où l’alcool et le tabac sont hyper taxés ! Il y a aussi quelques restaurants plutôt sympathiques…Notre chouchou c’est le Tioman Cabana, un bar sur la plage construit par un seul homme, qui à force de persévérance et d’aller-retours dans la jungle, a fabriqué une cabane géante faite de bric et de broc… Le résultat est très étonnant ; c’est un havre de paix où la vie n’est rythmée que par la musique, les vagues et les cocktails (On adore)  !!! Les serveurs sont incroyablement gentils et serviables… Nous avons été accueillis comme des rois ! (Il faut dire que nous avons été très très très fidèles à cette cabane pas comme les autres dans laquelle on sert des bières à 1 euro au lieu de 4 à KL !) Forcément, si on nous prend par les sentiments…

Je m’écarte de mon sujet… et je confirme, c’est difficile de parler de Tioman : ça se vit mais ça se raconte difficilement… Pour résumer, le week-end s’est écoulé tout à fait sereinement, en alternant les baignades dans une eau translucide à 30 degrés, le snorkeling (plongée avec masque et tuba) dont j’ai fait la découverte ( Merci Chris !), les ballades sur la plage et en bateau, et les moments “totale relaxation”… Que demande le peuple ?

Je vous raconte la journée en bateau dans le post suivant… Photos à l’appui !

Ballade à Kuala Selangor…ou comment se retrouver au milieu de nulle part…


2010
09.27

Inspirée par divers guides sur la Malaisie, je réserve une nuit d’hôtel à Bukit Belimbing, un petit village rustique près du sungai (fleuve) Selangor…Au programme donc trip en voiture sur la route 54 à travers de magnifiques paysages de plantations de café, de cacao, de bananiers, de palmiers…, farniente sur la plage, restaurant de fruits de mer, ballade romantique en bateau pour observer les lucioles (kelip kelip) et nuit charmante dans un petit chalet sur pilotis…Vous avouerez que le programme était alléchant…Mais voilà, comme d’habitude, il y a un hic voire plusieurs !

Nous empruntons, comme les guides nous y invitent  vivement, la route 54 ( qui ressemble plus à une piste de rallye qu’à une route digne de ce nom), et de virages et virages, de creux en bosses, nous observons, à perte de vue, des palmiers, des palmiers, et encore des palmiers…Adieu les petites plantations familiales, on ne trouve plus dans cette région, qu’une gigantesque palmeraie exploitée par Sime Darby, une multinationale malaise … Nous découvrons également des camps pour les ouvriers des palmeraies qui rappellent nos corons, en tout cas dans le système !

Arrivés à l’hôtel, le Firefly Park Resort, c’est stupeur et tremblements au menu ! Nous sommes perdus au milieu de nulle part, point de bord de mer, encore moins de plage, et nul village à l’horizon ! L’hôtel a l’air désert, la boutique de souvenirs et le restaurant sont fermés…Une femme, à la réception nous indique notre chalet, mais elle ne parle absolument pas anglais et toute tentative de communication s’avère infructueuse !

Nous déposons nos affaires dans le chalet qui a le mérite d’être propre, mais qui se trouve (pilotis à l’appui) sur une espèce de marre vaseuse et bouillonnante qui regorge de lézards et autres bizarreries locales, et nous nous décidons à aller faire un tour, histoire de trouver la civilisation car l’endroit est quand même un peu glauque !

Nous trouvons un village désert (un décor de western avec quelques figurants peu convaincus) vraiment très bizarre !

Récompense de notre patience, nous rencontrons une tribu de singes à l’air sympathique qui se laissent volontiers photographier (On dirait même que certains prennent plaisir à prendre la pose !)…moins sympathiques, nous croisons également de grosses bestioles qu’on appelle warrants et mon sang se glace…Je m’accroche au siège et remercie le ciel d’être dans la voiture !!! Et Chris de me dire : “Oh t’as vu dans le ruisseau, on dirait un ptit crocodile !” Il est mignon !!!

On se décide à quelques pérégrinations hasardeuses avant de rentrer dans notre hôtel fantôme, histoire de découvrir la Malaisie qui n’est pas dans les guides ! Et nous ne sommes pas déçus ! S’évertuant à prendre la direction inverse à celle indiquée par le bon vieux GPS, Chris nous emmène donc sur des pistes au beau milieu des palmeraies, dans des villages complètement perdus, abandonnés par la civilisation, la modernité et l’hygiène…Un village en particulier nous glace les sangs ! Il s’agit de chalets de bois sur pilotis construits sur un marécage dans lequel chacun jète ses déchets et immondices, une meute de chiens errants y attendant quelque pitance ! Vraiment très sympathique et l’odeur est à n’en point douter aussi puissante que déroutante ! Nous sommes tellement fixés sur ce spectacle d’un autre siècle, que nous oublions la halte photo pour rouler (à ma demande insistante je l’avoue :) ) …, n’importe où sauf ici !

Retour à l’hôtel puis dîner plutôt correct au Firefly Seafood Restaurant, aussi désert que l’hôtel ! Nous sommes donc 7 dans le resto : nous deux, trois serveuses et  deux gamins braillards ! Une vraie réussite en terme de romantisme !

19h45: nous embarquons sur un bateau à moteur électrique pour assister au spectacle des kelpi kelip sur le fleuve…On nous demande le plus grand silence et bien sûr, nous tombons sur trois boulets qui jacassent à gorge déployée pendant toute la ballade !

Les lucioles ? tout simplement magiques et magnifiques ; elles s’accrochent aux arbres qui bordent le fleuve et clignotent de manière synchronisée…Résultat : on dirait des guirlandes de Noël ! C’est superbe, envoûtant et presque calme ! Malheureusement, les photos sont interdites et de toute façon la ballade ne dure que 15 minutes, donc à peine le temps de s’en apercevoir ! De retour sur la terre ferme, surprise ! nous ne sommes pas seuls ! Des hordes de touristes et de locaux se pressent pour monter sur les bateaux !

Moralité : venez voir les kelip kelip (c’est quand même à faire), mais ne réservez pas dans cet hôtel, et ne dînez pas dans ce restaurant ( qui demeure de l’ordre de l’attraction fantôme) !

Et si nous allions pêcher ? …


2010
09.21

Le programme est plutôt alléchant et le temps est magnifique donc nous ne refuserions la proposition pour rien au monde…Nous partons pour une journée pêche avec Encik Momo (Monsieur) et Puan Racheal (Madame), deux inconditionnels de la pêche en mer… Ah oui, le premier détail sensé m’interpeller ! Je ne suis pas une habituée des bateaux et encore moins de la navigation en mer. Passons la légère appréhension ; après tout, aucune raison d’être effrayée ! Chris et son calme légendaire me rassurent une fois de plus. C’est parti pour une heure de voiture (climatisée : quel bonheur !) en direction de le côte et de Balang Lalang, village de pêcheur sur le détroit de Malacca (à l’Ouest de la Malaisie), qui est un axe maritime de renommée internationale puisque près de 60% du pétrole mondial emprunte cette voie dans le ventre de gigantesques cargos qui s’alignent sur l’horizon…Niveau environnemental, je vous laisse imaginer !
Après quelques achats (Chicken Rice, matériel de pêche et boissons) nous voilà dans une petite cabane au dessus de l’eau dans laquelle Encik Nazri nous donne de superbes gilets de sauvetage (dont les fermetures sont cassées) et nous prie de bien vouloir embarquer ! Ah, donc le bateau c’est ce truc en bois au bout de la jetée qui se résume à quatre planches vermoulues et mal clouées ? Et bien oui ! Allez, on se lance, d’autant que mes compagnons de voyage n’ont pas du tout l’air inquiets donc je me laisse aller et parviens à m’asseoir dans le rafiot ! En mer pour un petit quart d’heure et, malgré les secousses de l’engin à moteur, je dois dire que je prends un plaisir certain à sentir l’air marin sur mon visage…

Nous apercevons à l’horizon une tâche noire sur l’eau et Chris m’explique que c’est là-dessus que nous passerons la journée !

C’est un kelong, comprenez “îlot artificiel fait de bois qui se trouve au milieu de l’océan” ! Ca à l’air romantique et tout à fait charmant comme ça mais le sol (les quelques planches entre lesquelles on voit l’eau et encore l’eau…) craque, la construction tout entière bouge au gré des vagues, les rambardes qui entourent le tout branlent et servent plus pour la déco que pour la sécurité des braves fishermen aventuriers, et pour clore le tableau, le gentil Encik Nazri ne revient qu’à 19h ! Or, il est à peine midi.

Les premiers instants sur cet “îlot” m’ont fait regretter le bateau ! C’est le monde à l’envers !

Très vite, nous trouvons nos marques et la pêche commence bientôt avec quelques originalités : nous montons des lignes à mitraillettes avec 6 hameçons sur lesquels nous accrochons des morceaux de crevettes fraîches que nous venons de décortiquer et de découper à même le plancher ! Elles seront sacrifier à la déesse Pêche alors qu’on se battrait en France pour les manger ! Des poissons multicolores sortent bientôt de l’eau claire : il y en a de toutes sortes, ce qui change un peu des gardons et des goujons creusois ! Nous attrapons des bawal, des talang, des senangi (très prisés), des bunta fishes (le poisson “bubble” qui ne sert à rien et qui gonfle dès qu’on le chatouille), et Chris nous sort un magnifique elephant fish (un gros scalaire en fait, comme on en a, en version miniature, dans les aquariums chez nous)…
La journée défile donc au rythme des vagues et des lignes cassées, accrochées dans les maudits pontons de bois … Bientôt des collègues fishermen nous rejoignent ; ils ont réservé le kelong pour la nuit et s’attachent pour l’heure à prendre des vifs dans un vacarme incessant ! Finie notre tranquilité, mais il faut partager et ne pas faire les malins sur une cabane au milieu de l’eau !
Le soleil s’arrête sur l’horizon pour nous saluer une dernière fois avant d’aller pointer derrière les nuages ; et déjà la peau brûle et frisonne sous les caresses gracieuses de la brise marine…

Retour sur le terre ferme et diner dans un restaurant au bord de l’eau : au programme calamars et crevettes, sans oublier le poisson de Chris qu’on nous cuisine en direct live…Il n’en reste que quelques vestiges !!! Ca creuse la pêche ! Un dernier verre sur la terrasse d’un resort de luxe, sur la plage, entre les palmiers bien sur !

Une journée inoubliable, pleine de magie et de découvertes…Terima kasih Momo et Racheal !